Mon réseau pour
le développement
des compétences
par l'intégration
des technologies
en formation
professionnelle

Un premier DEP en classe virtuelle

Un premier DEP en classe virtuelle

Écrit par  17 mai 2007
À 16 h, deux étudiants ont rendez-vous avec leur professeur afin qu'il les accompagne dans leur dernier travail en dessin de bâtiment. Comme l'un est à Gaspé, l'autre à Montréal et l'enseignant à Québec, ils ne se verront pas en personne.

En fait, ils ne se sont rencontrés qu'une seule fois en quatre mois... Ils font partie du premier DEP individualisé en classe virtuelle!

Le Centre de formation professionnelle de Neufchâtel a innové, en janvier dernier, en mettant sur pied cette formation particulière. Considéré comme une formation avec fréquentation et non une formation à distance, ce DEP est le premier du genre au Québec.

Enseignant en dessin de bâtiment, Benoit Lauzé est l'instigateur du projet. Depuis la fin novembre 2006, les élèves étudient à partir de leur domicile. Chaque semaine, ils doivent accomplir certains travaux et peuvent rencontrer leur enseignant via le web, à partir d'une plateforme de visioconférence et de partage d'écran.

«Nous avons commencé à enseigner ce programme en classe individualisée en 2001. Le pas était donc facile à faire pour continuer le développement pédagogique et adapter la documentation pour le web», explique Benoit Lauzé, qui a travaillé depuis le printemps 2006 afin de mettre sur pied la formation.

Aspects administratifs

Pour faire approuver le programme par le ministère de l'Éducation, le Centre de formation professionnelle de Neufchâtel a dû prouver qu'il répondait à tous les critères d'un enseignement avec fréquentation. «Nous avons préparé une très bonne présentation. Avec une démonstration de la plateforme, nous avons convaincu les représentants du ministère que les étudiants faisaient le même cours que ceux en suivi individuel en classe conventionnelle. Le centre de formation a donc pu obtenir un financement similaire à ce qui lui est  octroyé pour cette formation en classe conventionnelle.»

Des ententes ont aussi été conclues avec d'autres centres de formation professionnelle afin que les élèves puissent faire leurs examens dans une ville près de leur domicile. Les évaluations formatives, pour leur part, peuvent être effectuées de la maison avec supervision de l'enseignant.

Aspects technologiques

Pour leurs interactions en temps réel avec les élèves, Benoit Lauzé et ses collègues enseignants en dessin de bâtiment utilisent la plateforme synchrone «Classes et réunion virtuelles» du RÉCIT-FP. Ce service est disponible pour toute la FP depuis février 2007.

Comme complément et support pour le cours, Benoit Lauzé utilise une autre plateforme du RÉCIT-FP soit www.ticfp.qc.ca . Ce système asynchrone est utilisé comme espace centralisé pour déposer la documentation des différents modules. Forums, liste de diffusion, agenda, quiz, dépôt de travaux sont aussi disponibles pour chacun des cours.

Du côté des élèves, le centre de formation demande qu'ils disposent:
-    d'un ordinateur capable de supporter le costaud logiciel Autocad ;
-    d'une connexion Internet haute vitesse ;
-    d'un microphone et d'écouteurs ;
-    d'une caméra web.

Ce matériel fait partie des exigences du cours. L'ordinateur peut cependant être prêté par le centre de formation, moyennant un dépôt.

Des débuts prometteurs

Le CFP de Neufchâtel n'a pas fait beaucoup de publicité pour faire connaître ce nouveau DEP. Pourtant, après avoir inscrit le programme sur leur site internet, plusieurs étudiants ont manifesté de l'intérêt. Une première classe de seize élèves a donc pu être créée afin de rôder le programme.

Tous ont eu droit à une formation pour se familiariser avec le fonctionnement de la plateforme «Classes et réunions virtuelles». «Les étudiants ont appris très vite à l'utiliser puisque l'interface est convivial et facile à manipuler», souligne l'enseignant.

Chaque étudiant doit travailler au moins 15 heures par semaine afin de répondre aux exigences du cours. Le calcul du temps est fait en fonction du travail accompli par les élèves. Benoit Lauzé affirme que la participation est très bonne, la plupart d'entre eux dépassent même ce temps.

D'ailleurs, la qualité des travaux et les résultats aux premiers examens sont avantageusement comparables à ceux observés en classe conventionnelle. Preuve que la distance n'empêche en rien le succès scolaire.




  • Facebook Google + Twitter You Tube